L’ensemble vocal

Unique dans le Finistère, l’ensemble vocal TALEA, dirigé par Pierre-Emmanuel CLAIR et composé de 27 chanteurs passionnés, se concentre sur le lien entre les compositeurs Baroques et post-modernes.  Les techniques vocales nécessaires à l’exécution de ces œuvres présentent de nombreuses similitudes, par exemple un vibrato maîtrisé pour une parfaite homogénéité et une pureté du son.  Les façons de gérer la couleur vocale et le phrasé sont souvent proches.

Crée en 2015, l’ensemble, accompagné du claveciniste Christian RICHE, est réuni par la réelle implication de tous : chacun s’investit non seulement par le biais de la formation vocale individuelle et collective, mais aussi par une recherche historique personnelle. Une telle approche, basée sur les outils de l’interprétation « historiquement informée », permet à TALEA d’accéder à un niveau semi-professionnel adapté à l’exploration du grand répertoire de MONTEVERDI et BACH et d’être capable de chanter les complexités de cette musique.

Le point fort et la marque de TALEA sont sa recherche d’authenticité qui s’exprime à travers 5 volets :

  • la rhétorique pour comprendre le discours musicale et l’interpréter, en se basant sur des traités originaux (BURMEISTER, QUINTILIEN…) ;
  • l’expression des affects, en utilisant en particulier les traités du peintre et graveur français du XVIIIe siècle Charles LE BRUN ;
  • le pathos rythmique, basé sur les pieds rythmiques de l’antiquité grecque, décrits et étudiés par des auteurs comme SAINT-AUGUSTIN, MERSENNE, MATTHESON ;
  • l’utilisation, tant en répétition qu’en concert, de tempéraments anciens, notamment le tempérament mésotonique, riche en couleurs et adapté à la musique de MONTEVERDI ;
  • l’étude des partitions originales, la notation ancienne induisant une nouvelle vision de la partition.

Cette recherche d’authenticité vise à rendre à l’interprétation sa force originelle, et ainsi permettre au grand public de découvrir et apprécier cette musique.

Domicilié en la ville d’Ergué-Gabéric depuis 2021, l’ensemble vocal TALEA tisse une relation étroite avec la commune.  Nous nous engageons à participer à la mise en valeur du patrimoine culturel d’Ergué-Gabéric en concertation avec la mairie, notamment en produisant des concerts autour de son orgue Baroque exceptionnel construit en 1680 par Thomas DALLAM. L’instrument restauré en 1990 a retrouvé une sonorité proche de ce qu’elle devait être au XVIIe siècle ; TALEA, habitué à chanter dans des diapasons différents et des tempéraments inégaux, peut ainsi en tirer pleinement partie.

TALEA a déjà produit plusieurs concerts à Ergué-Gabéric, notamment pendant les Journées du patrimoine.

Lire le descriptif détaillé

Dates Clés

Juil 2015Stage vocal qui engendre la fondation de l’ensemble vocal TALEA
Sept 2015Fondation de l’association Ensemble vocal TALEA avec 15 choristes pour découvrir et expérimenter l’interprétation « historiquement informé »
Avril 2018Début de la collaboration avec Christian RICHE en tant que claveciniste et consultant en musique Baroque
Déc 2019Concert à la Cathédrale Saint Corentin, Quimper, avec l’œuvre vocale monumentale de J.S BACH, Jesu, meine Freude (Concert commun avec l’Echo des vagues, également dirigé par Pierre-Emmanuel Clair)
Sept 2020Concert, Journées du patrimoine, Ergué-Gabéric
Fév 2021Domiciliation à Ergué-Gabéric
Mars 2021Création du premier Teaser
Juin 2021Mise en opération de la campagne Devenir Ambassadeur
Sept 2021Concert, Journées du patrimoine, Ergué-Gabéric
Mars 2022Master Class avec Damien GUILLON
Mai 2022Première répétition publique, Jour de l’orgue, Ergué-Gabéric
Juin 2022Premier concert commun avec Nova Voce de Rennes
Août 2021 – Ensemble vocal TALEA – Plogastel St Germain
TALEA En latin, terme d’architecture désignant le tenon qui retient ensemble plusieurs pièces de bois. Par analogie, le terme a été appliqué, au XIVE siècle, à la manière dont s’articulent, spécialement dans une teneur isorythmique, plusieurs cellules rythmiquement semblables. La talea détermine donc la cellule rythmique et se trouve complétée par le color qui détermine la cellule mélodique. C’est sur celles-ci qu’est basée la technique de composition isorythmique du 14e au 15e Siècle. La racine « Tal » désigne aussi dans ses origines indo-européennes, comme actuellement en sanskrit et en Inde le rythme sur lequel est basé une composition. Le terme, francisé en taille, a été transporté dans le domaine des tessitures, et, comme la talea s’appliquait surtout à la teneur, en est venu à désigner la tessiture de cette teneur, c’est-à-dire le registre de ténor ou de baryton, placé entre le bassus et l’altus. L’expression a eu cours jusqu’à la fin du XVIIIe siècle.
Extrait Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Dossier_de_Presse – version août 2021